plafond nuageux

plafond nuageux

Si l'on ne connaît pas parfaitement le langage technique utilisé en météorologie, notamment le langage technique utilisé spécifiquement pour l'aéronautique, on peut facilement confondre les sommets des nuages ​​avec les plafond nuageux. Autrement dit, certaines parties d'entre eux sont situées à des altitudes plus élevées. Cependant, le plafond susmentionné fait référence à l'exact opposé : le bas des nuages ​​vu de la surface de la Terre. Connaître la hauteur des plafonds et des nuages ​​à un moment donné est particulièrement intéressant pour un certain nombre de raisons.

Pour cette raison, nous allons consacrer cet article à vous dire tout ce que vous devez savoir sur le plafond nuageux, quelles sont ses caractéristiques et son utilité.

Comment un nuage se forme

types de nuages

Avant de commencer à décrire les plafonds nuageux, nous devons expliquer comment ils se forment. S'il y a des nuages ​​dans le ciel, il doit y avoir un refroidissement par air. Le "cycle" commence avec le soleil. Comme les rayons du soleil chauffent la surface de la Terre, ils chauffent également l'air ambiant. L'air chaud devient moins dense, il a donc tendance à monter et à être remplacé par de l'air plus frais et plus dense.. À mesure que l'altitude augmente, les gradients thermiques environnementaux entraînent une diminution des températures. Par conséquent, l'air se refroidit.

Lorsqu'il atteint la couche d'air plus froide, il se condense en vapeur d'eau. Cette vapeur d'eau est invisible à l'œil nu car elle est constituée de gouttelettes d'eau et de particules de glace. Les particules sont d'une taille si petite qu'elles peuvent être maintenues dans l'air par un léger flux d'air vertical.

La différence entre la formation de différents types de nuages ​​est due aux températures de condensation. Certains nuages ​​se forment à des températures plus élevées et d'autres à des températures plus basses. Plus la température de la formation est basse, plus le nuage sera "épais".. Il existe également certains types de nuages ​​qui produisent des précipitations et d'autres qui n'en produisent pas. Si la température est trop basse, le nuage qui se forme sera constitué de cristaux de glace.

Un autre facteur qui affecte la formation des nuages ​​est le mouvement de l'air. Les nuages, qui sont créés lorsque l'air est calme, ont tendance à apparaître en couches ou en formations. Par contre, ceux à forts courants verticaux formés entre le vent ou l'air présentent un grand développement vertical. En général, ce dernier est la cause des pluies et des orages.

épaisseur des nuages

ciel nuageux

L'épaisseur d'un nuage, que l'on peut définir comme la différence entre les hauteurs de son sommet et de son fond, peut être très variable, sauf que sa répartition verticale varie également considérablement.

Nous pouvons voir à partir d'une sombre couche de nimbe gris plomb, que atteint une épaisseur de 5.000 XNUMX mètres et occupe la majeure partie de la troposphère moyenne et inférieure, à une fine couche de cirrus, ne dépassant pas 500 mètres de large, située au niveau supérieur, ils traversent un spectaculaire cumulonimbus (nuage orageux), d'environ 10.000 XNUMX mètres d'épaisseur, qui s'étend verticalement sur la quasi-totalité de l'atmosphère inférieure.

Plafond nuageux à l'aéroport

haut plafond nuageux

Les informations sur les conditions météorologiques observées et prévues dans les aéroports sont essentielles pour assurer des décollages et des atterrissages en toute sécurité. Les pilotes ont accès à des rapports codés appelés METAR (conditions observées) et TAF [ou TAFOR] (conditions attendues). Le premier est mis à jour toutes les heures ou toutes les demi-heures (selon l'aéroport ou la base aérienne), tandis que le le second est mis à jour toutes les six fois (4 fois par jour). Les deux consistent en différents blocs alphanumériques, dont certains signalent la couverture nuageuse (la partie du ciel couverte par un huitième ou un huitième) et les sommets des nuages.

Dans les bulletins météorologiques d'aéroport, la nébulosité passée est codée FEW, SCT, BKN ou OVC. Il apparaît dans FEW lorsque les nuages ​​sont clairsemés et n'occupent que 1 à 2 octas, ce qui correspond à un ciel généralement clair. Si nous avons 3 ou 4 octas, nous aurons SCT (scatter), c'est-à-dire un nuage dispersé. Le niveau suivant est BKN (cassé), que nous identifions comme un ciel nuageux avec une nébulosité entre 5 et 7 octas, et enfin un jour nuageux, codé OVC (nuageux), avec une nébulosité de 8 octas.

Le sommet du nuage, par définition, est la hauteur de la base nuageuse la plus basse en dessous de 20.000 XNUMX pieds (environ 6.000 4 mètres) et qui couvrent plus de la moitié du ciel (> XNUMX octas). Si la dernière exigence (BKN ou OVC) est remplie, les données relatives à la base nuageuse de l'aéroport seront fournies dans le rapport.

Le contenu des METAR (données d'observation) est fourni par des instruments appelés néphobasimètres (céilomètres en anglais, dérivé du terme plafond), également appelés néphobasimètres, ou "cloudpiercers" dans ses termes les plus familiers. La plus courante est basée sur la technologie laser. En émettant des impulsions de lumière monochromatique vers le haut et en recevant les rayons réfléchis des nuages ​​plus près du sol, il peut estimer avec précision la hauteur des sommets des nuages.

sommet de la tempête

Pendant la phase de croisière, lorsque l'avion vole dans la haute troposphère, les pilotes doivent porter une attention particulière aux orages en route, car le grand développement vertical qu'atteignent certains cumulonimbus les oblige à les éviter et à éviter de les approcher. Notez que dans ces situations, voler au-dessus des nuages ​​d'orage devient un comportement dangereux qui doit être évité pour la sécurité des vols. Les informations radar transportées par l'avion fournissent l'emplacement du cœur de la tempête par rapport à l'avion, permettant au pilote de changer de cap si nécessaire.

Pour avoir une idée approximative de la hauteur des sommets de ces cumulonimbus géants, des radars météorologiques au sol capables de produire différents types d'images sont utilisés. Les produits fournis par le réseau AEMET comprennent la réflectance, les précipitations cumulées (précipitations estimées au cours des 6 dernières heures) et les écotops (echotops, écrit à l'origine en anglais).

Ce dernier représente l'altitude relative maximale (en kilomètres) de l'écho radar ou signal de retour, en fonction d'un seuil de réflectivité servant de référence, normalement fixé à 12 dBZ (décibel Z), puisqu'il n'y a pas de précipitations en dessous. Il est important de préciser qu'on ne peut identifier exactement la partie supérieure de l'écorégion avec la tempête, sauf en première approximation, mais à l'altitude la plus élevée où la grêle est probable.

J'espère qu'avec ces informations, vous pourrez en apprendre davantage sur le plafond nuageux et ses caractéristiques.


Le contenu de l'article adhère à nos principes de éthique éditoriale. Pour signaler une erreur, cliquez sur c'est par ici !.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

*

  1. Responsable des données: Miguel Ángel Gatón
  2. Finalité des données: Contrôle du SPAM, gestion des commentaires.
  3. Légitimation: votre consentement
  4. Communication des données: Les données ne seront pas communiquées à des tiers sauf obligation légale.
  5. Stockage des données: base de données hébergée par Occentus Networks (EU)
  6. Droits: à tout moment, vous pouvez limiter, récupérer et supprimer vos informations.